• renaudinas

Variations autour du thé


"Vous prendrez bien une tasse de thé ? ".

Je suis de celles qui ne peut vivre plus d'une journée sans une tasse de thé.

Je suis de celles qui collectionne les boîtes à thé et les théières.

Mon placard déborde de sachets de toutes provenances.

Chaque pays est pour moi un voyage autour du thé car c'est une boisson universelle qui unit et réunit les Hommes.

La découverte du thé reviendrait à Shen Nung, divinité à tête de boeuf, père de l'agriculture, qui règne en Chine vers 2700 avant JC. Se reposant au pied d'un arbuste et ayant soif, il aurait demandé à un serviteur de lui faire bouillir de l'eau. Quelques feuilles se seraient détachées de l'arbuste et seraient tombées dans sa tasse. Séduit par la boisson douce il aurait ordonné la culture de cette plante.

Une autre légende, met en scène Bodhidharma (moine venu d'Inde ou d'Iran et fondateur du zen au Japon). Il se serait endormi malgré son voeu de rester éveillé pendant sept années. Honteux de sa faiblesse il se serait coupé les paupières et un théier aurait pris racine là où ces dernières étaient tombées. (Source "le Thé" d'Annie Perrier-Robert)

Au Tibet, l'aventurière Alexandra David-Neel évoque à plusieurs reprises le thé tibétain, beurré, salé ressemblant plus à une soupe qu'à un breuvage. Il ne peut être dissocié de la Tsampa, la farine d'orge grillé. Il est vrai que c'est une expérience gustative assez surprenante et il est très difficile d'y échapper dans les monastères bouddhistes.

Le Masala Chai indien reste de loin mon préféré. Aucune négociation dans une boutique ne se passe sans ce thé au lait très sucré. Il ne faut pas s'arrêter à l'allure de l'échoppe du chaiwala. Elle est petite, sombre et à l'hygiène approximative mais le thé y sera un délice.

Bien que le thé soit considéré dans l'ancienne Chine comme un breuvage précieux et sacré, on n'y retrouve rien d'équivalent à la cérémonie du thé pratiquée au Japon. La cérémonie rituelle du thé, appelée Sado au Japon, est un des modes d'expression du lien qui unit le ciel et la Terre. La lenteur et la minutie des gestes sont destinés à mettre l'entourage dans une atmosphère de détente, de sérénité et de bien-être... Sur un plan plus élevé, on considérait que les gestes devaient exprimer l'harmonie de l'homme avec l'univers. Ils avaient donc une portée philosophique et spirituelle. ( Do-In de JB RIshi)

Bon-thé, Séréni-thé, san-thé, à tous !

#thé #Bodhidharma #cérémonieduthé

1 vue